E-commerce: Avis de tornade!

Avis de tornade après Kodak, et tant d’autres

Nous apprenons, sans surprise, que Sears Canada cesse ses activités.

Le géant Kodak n’avait pas su anticiper puis réagir à l’arrivée de la photo numérique. Désormais, j’utilise volontiers l’expression KODAKISATION pour faire référence à ces entreprises dont le modèle d’affaires est condamné, anticipant fort mal le virage numérique et sortant de la route…

Comme le chevreuil devant l’anaconda qui s’approchent et l’enserre avant de l’engloutir, les compagnies semblent souvent être hypnotisées et renonçant à se défendre face au GAFA* pour sauver leur peau, se laisse dévorer en douceur.

Alors Kodak, Sears, mais aussi La Baie, Darty, la Fnac, les Galleries Lafayette, les agences de voyages, les magasins de vêtements, d’électronique, d’appareils photos, et même IKEA et les quincailleries, vont s’effacer de notre paysage, de nos rues et de nos centre-villes encore actuellement animés, pour disparaître ou renaître à partir de nouveaux modèles associant le numérique et le physique dans une logique que l’on soupçonne déjà (e-consultation assistée, livraison ou récupération, e-évaluation, etc), mais en remodelant cruellement notre cadre de vie.

Amis urbanistes, politiciens, et autres stratèges qui proposent et décident tant de choses dans nos vies,  il est temps d’imaginer ce futur inquiétant, désormais proche.

Si par exemple, vous pensez que les magasins de vêtements ont encore de l’avenir c’est oublier que le magasinage numérique devient culturel et que si nombreux sont ceux qui aiment flaner dans les rayons, la majorité ralliera la culture du e-magasinage. Savez-vous, par exemple,  qu’une technologie est en train d’arriver pour prendre les mesures de votre corps dans tous ses recoins depuis votre webcam, et de la même manière, de chaque pièces et meubles de votre logement. Ainsi, les tailles ou les mesures ne seront plus requises, pour faire une recherche ou pour essayer. Le miroir sera remplacé par la vidéo proposée qui vous montrera encore mieux comment vous va ou pas un vêtement, ou comment un nouveau meuble pourrait embellir votre intérieur. Votre goût sera analysé, pris en compte et partagé; ainsi la satisfaction du client et du vendeur sera plus systématiques, en apportant une réduction des frais d’expédition.

Jusque là, l’humain ‘consommateur’ va être probablement mieux servi avec ces technologies. Mais le plus gros défis, va être culturel et social.

 

En rendant nos vies plus numériques, nous allons les bouleverser.

Si l’on nous rabat les oreilles avec, l’intelligence artificielle qui va supprimer des millions d’emplois en changeant nos habitudes à la maison, sans nous expliquer encore comment même si selon l’heure et la météo, une voix sortie d’un ordinateur va dire, à Mark (http://bit.ly/2g95JSt) quoi porter aujourd’hui, tout en déclenchant son réveil et sa cafetière, l’impact du e-commerce, lui, va assurément se faire sentir de plus en plus rapidement et fortement.

En voici un aperçu :

  • Fermeture de grandes enseignes
  • Fermeture de boutiques en ville
  • Fermeture de centres commerciaux
  • Désertification des rues et des villes
  • Déshumanisation de la rue
  • Suppression de services en région
  • Pertes d’emplois directs (ceux des commerces principalement)
  • Pire, pertes d’emplois directs et indirects
  • Pertes d’entreprises qui seront concurrencées depuis le monde entier, avec pour seule protection les droits de douanes
  • Pertes de revenus pour les villes

Le numérique, sous prétexte d’être un vecteur de communication incroyable, a perdu sa crédibilité. Nous connaissons tous la réflexion soulignant qu’avec 3 000 amis Facebook, cela devient plus difficile qu’autrefois de trouver un copain proche, pour t’aider à déménager le weekend prochain….

L’individu passe des heures, jours et nuit, sur son téléphone, dont la fonction initiale qui  lui a donné le nom est de moins en moins utilisée, ou sur sa tablette ou autre ordinateur. Aujourd’hui, les volumes d’achats, de communications, et de consultations (échanges, banque, lecture, etc.) numériques sont en croissance forte et constante. Observer les terrasses de restaurant prouve ce phénomène. Par ailleurs, le fait d’interdire d’envoyer des textos en auto, pourrait maintenant être appliqué aux cyclistes et même aux piétons, tellement les gens fusionnent avec l’espace numérique, souvent virtuel, plutôt que de maîtriser le déplacement et la réflexion. Ceci éviterait des chutes au sol voire dans la vie… 

Observer ces touristes qui visitent le monde au travers de leur engin de capture de photos, smart-media et encore souvent appareil photo, révèle qu’après avoir fait des photos pour la mémoire puis pour l’art, nous en faisons maintenant pour pouvoir dire qu’on y étais et qu’on l’a vu. Et oui, que dire de cette habituelle photo du concert de U2 pris à 300 mètres avec un flash sur un écran vidéo, lol ?Posez-vous la question : Pourquoi faire sinon ‘prouver’?

Alors le numérique nous gagne, mais y gagnons nous vraiment ou toujours?

 

Il est urgent d’ouvrir des bars!

Les comportements cités plus hauts avec les conséquences citées encore plus haut vont amener les rues à se désertifier. Il va ainsi devenir urgent d’ouvrir des bars et des endroits de rencontres pour tous. Comme les artistes sont contraints de se produire sur scène pour survivre, face à la disparition progressive des medias physiques, nous allons être concernés par des pathologies qui relèvent de la psychologie et de la psychiatrie, si nous ne faisons pas l’effort de sortir dehors pour croiser et confronter le reste du monde à commencer par nos voisins. Alors des bars, oui, mais encore probablement beaucoup d’autres lieux de rencontre attirants. Nous avons déjà ces clubs de GYM, parfois devenus des usines, nous avons les centres sportifs, mais que pourrions nous inventer pour humaniser à nouveau nos villes et nos villages?

Que pourrions nous proposer pour redonner un sens à nos vies individuelles de plus en plus numériques, en redonnant une humanité matérialisée, dans la communication, dans nos activités, dans nos idées, et pour nos âmes, sous peine de voir, un jour, notre vie se résumer à un tableau Excel et s’achever dans la poubelle d’un Windows, seule comme un vieux document ou un brouillon? 

 

*GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon)

 

 

Advertisements